À bout de souffle 1

Vendredi le 17 novembre 21h45 Collège Laflèche

À BOUT DE SOUFFLE   

Réalisé par Jean-Luc Godard, écrit par François Truffaut. France 1960.  89 min. Int.: Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg

Michel Poiccard, petit voyou, vole une voiture à Marseille. Arrivé à Paris, Michel retrouve Patricia sur les Champs-Élysées, où elle vend le New York Herald Tribune.

Le film flambeau de la Nouvelle Vague et le chef d'œuvre de Jean-Luc Godard! Avec son look résolument moderne, Jean-Paul Belmondo y joue de façon inoubliable les voyous aux côtés de la sublime Jean Seberg dans un drame quasi inspiré du "Quai des brumes" de Carné. Une date dans l'histoire du cinéma. Ce film entre définitivement dans la légende.

« N’a rien perdu de son charme, de son insolence. » -Arte

Arbres de la vie

Samedi le 18 novembre 17h45 Salle Léo-Cloutier

LES ARBRES DE LA VIE - Première québécoise

Réalisé par Jeff McKay. Canada 2017. 82 min. Produit par Merit Jensen Carr. Avec.: Diana Beresford-Kroeger.  

Prenez une marche dans la forêt avec la scientifique et auteure renommée d’origine Irlando-Canadienne, Diana Beresford-Kroeger alors qu’elle nous dévoile notre attachement profond aux anciennes forêts sacrées du nord canadien et du rôle essentiel qu’elles jouent au soutien de la santé de notre planète.

« Les arbres ne bougent pas, ils ne sont ni adorables, ni mignons, par contre ils sont l’ultime fondation de la toile de vie dont on fait partie. Ce film nous montre que les arbres sont nécessaires à notre bien-être physique, social et spirituel. » - David Suzuki

« Un film d’une rare portée, il transporte le spectateur tout naturellement dans le monde écologique et environnemental sans prêcher. » -Annie Proulx, Auteure gagnante d’un Prix Pulitzer

 

Arrival

Vendredi le 17 novembre 19h15 Salle Léo-Cloutier
Ciné-Conférence de Sylvain Bellemare

ARRIVAL / L’ARRIVÉE  

Réal.: Denis Villeneuve. États-Unis 2016. 116 min. Int.: Amy Adams, Jeremy Renner.

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain. allocine.fr

« Sans jamais tomber dans l'excès, Denis Villeneuve orchestre un vrai suspense en maintenant un climat de tension optimale. » Marc-André Lussier, La Presse

Autre côté de l_espoir

Samedi le 18 novembre 15h30 Salle Léo-Cloutier

L'AUTRE CÔTÉ DE L’ESPOIR  

Réal.: Aki Kaurismäki. Finlande 100 min. 2017. Int.: Ville Virtanen, Kati Outinen, Sakari Kuosmanen.

La nouvelle offrande douce-amère de l’ambassadeur cinématographique de la Finlande.

Khaled, réfugié syrien clandestin, se lie avec Wikström, ancien commercial qui rachète un restaurant miteux après un coup de poker... Comptez sur Aki Kaurismaki pour confronter un schéma narratif classique avec l’actualité la plus brûlante. Cette comédie dramatique particulièrement poignante permet au réalisateur finlandais de nous enchanter de nouveau avec son regard unique, à la fois caustique et empreint d’empathie.

« Politique, ce cinéma ne cesse d’être soigné, plein de beaux plans sur le théâtre de la vie et sa lumière magnifique, dont le cinéaste finlandais saisit et recrée l’aura essentielle et magnifique.» -Bande à Part

Ours d’Argent, Meilleur réalisateur au Festival de Berlin, Février 2017

Bagages

Vendredi le 17 novembre 15h15 Salle Léo Cloutier

Ciné-rencontre avec Paul Tom et Karine Dubois

BAGAGES

Réal.: Paul Tom. Québec 2017.  52 min.

Bagages est un film qui donne la parole et la scène à des adolescents de l’École Secondaire Paul-Gérin-Lajoie d’Outremont nouvellement arrivés à Montréal. On découvre leur récit de migration et d’intégration à travers des ateliers d’art dramatique, des mises en scènes théâtrales et des entrevues où ils se révèlent à nous. Ils témoignent d’un « ailleurs » et d’un « avant » qui deviendront « ici » et « maintenant ». Ils parlent de leur parcours avec une sagesse déconcertante, une émotion à faire trembler les plus durs et une authenticité désarmante. Une révélation !

Prix du Public Meilleur film canadien au Festival de cinéma de la Ville de Québec, septembre 2017

Une sélection aux R.I.D.M. novembre 2017

Précédé par NEXT FLOOR réalisé par Denis Villeneuve.  Québec 2008. 12 minutes

Bons débarras-1

Vendredi le 17 novembre 13h Collège Laflèche

LES BONS DÉBARRAS

Réal.: Francis Mankiewicz. Québec 1980. 114 min. Int.: Charlotte Laurier, Marie Tifo, Germain Houde

Manon, treize ans, sa mère célibataire et son frère vivent dans un village isolé des montagnes des Laurentides au Québec. Une étrange famille composée d'un trio d'êtres absolus dont la raison de vivre est l'amour sans compromis.

« Un film magique à la grâce distante, le charme envoûtant d’un conte de fées pervers à la Cocteau… »  -Le Monde

Un scénario et des dialogues percutants de Réjean Ducharme qui nous a quittés le 21 août dernier. Ours d'or au Festival International de Berlin en 1980.  

Pour (re)découvrir un des plus grands films du cinéma québécois.

Colonisation des consciences

Samedi le 18 novembre 19h30 Salle Léo-Cloutier

COLONISATION DES CONSCIENCES AMÉRICAINES, La

États-Unis 2016. 82 min. Écrit, produit et réalisé par Loretta Alper et Jeremy Earp.

Une analyse saisissante d’une bataille menée par Israël depuis plusieurs décennies afin de gagner les cœurs, les esprits et l’argent du peuple américain. Une bataille qui, face à une condamnation internationale croissante des politiques de plus en plus à droite de l’État d’Israël, s’est intensifiée au cours des dernières années. Une narration de Roger Waters (célèbre cofondateur de Pink Floyd) présente des témoignages d’observateurs majeurs du conflit israélo-palestinien, le film explore la manière dont les gouvernements successifs israéliens et américains, ainsi que le puissant lobby pro-israélien, ont joint leurs forces, souvent pour des motifs différents, afin de façonner une couverture médiatique du conflit en faveur de l’État d’Israël.

Fellini 8 et demi

Samedi le 18 novembre 19h30 Collège Laflèche

HUIT ET DEMI 

Réal.: Federico Fellini. Italie-France 1963. 138 min. Musique: Nino Rota. Int.: Marcello Mastroianni, Anouk Aimée.

Fellini transforme une panne d’inspiration en ode au cinéma.

Claudia Cardinale est tellement belle dans ce film qu'elle éclipse Anouk Aimée, Barbara Steele et Sandra Milo, pourtant excellentes! Musique extraordinaire de Nino Rota...

« Un divertissement de gourmet, beau et bon à la fois à consommer sans modération. J’arrondis à 9 parce que je n’aime pas les demi-mesures. » -Sens critique

Sélection officielle à Cannes en 1963

FINALCUT

Vendredi le 17 novembre 17h Salle Léo-Cloutier

FINAL CUT: MESDAMES ET MESSIEURS

Réal.: György Pálfi.  Hongrie 2012. 84 min.

« Un film de montage composé des plus belles scènes d'amour du cinéma. Le talentueux et imprévisible réalisateur hongrois, confronté à une sérieuse crise de l'industrie du film dans son pays, a décidé de raconter une histoire d'amour en utilisant sans autorisation, des images de films emblématiques. Final Cut embrasse large. À travers ces extraits, le cinéaste livre une réflexion sur le " véritable film d'amour ". György Pálfi appelle son oeuvre un  " film recyclé ". Avec ce film, il fait plus qu'un assemblage de séquences, mais une déclaration d'amour au cinéma. Bien que pleinement conscient que Final Cut, dont il a écrit le scénario avec Zsófia Ruttkay, ne pourra jamais être exploité commercialement, puisqu'il n'a acquis aucun des droits nécessaires, le réalisateur espère cependant qu'il circulera dans les festivals. »

Sélection Officielle au Festival Lumière de Lyon 2012

Depuis cinq ans, sélectionné dans plus d’une vingtaine de festivals internationaux.

 

Incendies

Vendredi le 17 novembre 19h Collège Laflèche

INCENDIES

Réal.: Denis Villeneuve. Québec 2010. 130 min. Int.: Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette.

A la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre deux enveloppes : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l‘autre à un frère dont ils ignoraient l’existence.
Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de sa mère, enfermée dans un mutisme inexpliqué les dernières semaines précédant sa mort. Elle décide immédiatement de partir au Moyen Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien…Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère qui s’est toujours montrée distante. Mais son amour pour sa sœur jumelle le poussera bientôt à rejoindre Jeanne et à sillonner avec elle le pays de leurs ancêtres sur la piste d’une mère bien loin de celle qu’ils ont connue.  

En nomination pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2011

Kiki

Vendredi le 17 novembre 10h et samedi le 18 novembre 13h  Centre culturel Pauline-Julien

KIKI LA PETITE SORCIÈRE 

Réal.: Hayao Miyazaki. 1989. 101 min.

Dans la famille de Kiki, on est sorcière de mère en fille, mais pour avoir droit à ce titre, il faut partir faire son apprentissage dans une ville inconnue durant un an. Un soir, accompagnée de son chat Jiji, après avoir embrassé ses parents, Kiki enfourche le balai de sa mère et met le cap vers le Sud, ‘‘pour voir la mer’’… Commence alors l’apprentissage de notre jeune et espiègle Kiki, qui décroche un emploi de livreuse chez une sympathique boulangère… Kiki la petite sorcière est un film d’animation destiné aux petits comme aux grands, et à tous ceux qui aiment les histoires de sorciers et d’imaginaire, comme en témoigne les succès de Harry Potter et Le Seigneur des Anneaux.

Mémoires affectives

Vendredi le 17 novembre 15h30 Collège Laflèche
Classe de maître par Françis Leclerc

MÉMOIRES AFFECTIVES

Réal. : Francis Leclerc. Québec 2004. 100 min. Int. Roy Dupuis, Maka Kotto, Guy Thauvette

Souffrant d'amnésie à la suite d'un accident et d'un long coma, un homme tente de reprendre le cours de sa vie. Mais les bribes de souvenirs qui lui reviennent en mémoire ne correspondent pas à ce que lui racontent ses proches.

Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur acteur, Meilleur montage image aux Jutra

…et aux Prix Génie : Interprétation masculine dans un premier rôle Roy Dupuis 

Moi. Daniel

Dimanche le 19 novembre 13h30 Salle Léo-Cloutier

MOI, DANIEL BLAKE

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l'obligation d'une recherche d'emploi sous peine de sanction.

« Film coup de poing. Magistral, réaliste à souhait, bouleversant, révoltant et j'en passe. Un film hyper touchant de simplicité, d'humanité… qui nous ramène à l'essentiel. » -Allociné 

Palme d’or au Festival de Cannes 2016

Voisin Totoro

Vendredi le 17 novembre 13h, samedi le 18 novembre 15h30 et dimanche le 19 novembre 10h  Centre culturel Pauline-Julien

 MON VOISIN TOTORO

Réal.: Hayao Miyazaki. 1988. 86 min.

Deux petites filles, Mei et Satsuki, quittent la ville pour s’installer à la campagne avec leur père. Tout les émerveille : la nature, les animaux… et leurs nouveaux voisins ! Elles découvrent en effet l’existence de créatures merveilleuses, les Totoro, drôles de personnages au ventre rebondi. Accompagnées de gardiens de la forêt, elles vont découvrir des passages secrets dans des arbres géants, voler en ‘‘Chat-Bus’’ et faire pousser des graines magiques… Mon voisin Totoro est une véritable bouffée d’air frais qui ravira tous ceux qui ont gardé leur âme d’enfant !

 

Part du diable 1

Samedi le 18 novembre 13h Salle Léo-Cloutier
Ciné-Rencontre avec Luc Bourdon

LA PART DU DIABLE

Réal.: Luc Bourdon. Canada 2017. 102 min.

Plongez dans la mémoire des seventies avec ce minutieux et lyrique collage d’images et de sons du passé. En 2008, Luc Bourdon faisait sensation avec le majestueux La Mémoire des anges, essai cinématographique consacré au Montréal des années 50 et 60 à travers les archives de la collection de l’ONF. Le réalisateur nous propose aujourd’hui sa suite logique: les années 70, celles de La Part du Diable. Explorez le psyché d'une décennie entre documentaire et poésie.

Sélection officielle au Festival du Nouveau Cinéma 2017

Ponyo 1

Samedi le 18 novembre 10h et dimanche le 19 novembre 15h30.   Centre culturel Pauline-Julien

PONYO SUR LA FALAISE 

Réal.: Hayao Miyazaki. 2008. 101 min.

Alors qu’il joue sur la plage, le petit Sosuke, découvre une petite fille poisson rouge nommée Ponyo, piégée dans un pot de confiture. Sosuke la sauve, et décide de la garder avec lui. Le petit garçon lui promet de la protéger et de s’occuper d’elle, mais le père de Ponyo, Fujimoto – un sorcier autrefois humain qui vit tout au fond de la mer – la force à revenir avec lui dans les profondeurs. Bien décidée à devenir humaine, Ponyo s’échappe pour retrouver Sosuke. Mais avant, elle répand l’élixir magique de Fujimoto dans l’océan qui va provoquer des vagues gigantesques et engloutir le village…

« Ponyo sur la falaise a bénéficié de l’imaginaire sans limite de maître japonais qui réinvente l’océan avec humour et grâce. Assurément le film qu’il faut voir. » - Le Parisien

Princesse-mononoke2

Samedi le 18 novembre 15h15 Collège Laflèche

PRINCESSE MONONOKÉ  

Réal.: Hayao Miyazaki. Japon 1997. 134 min.

De l’action enlevante et une fantaisie débridée vous attendent dans ce film d’aventure à l’animation éblouissante qui a soulevé l’enthousiasme de la critique! Affligé d’un sort mortel, un jeune guerrier nommé Ashitaka se rend dans les forêts de l’ouest à la recherche du remède qui lui sauvera la vie. Une fois sur place, il est entraîné dans une lutte acharnée qui oppose Lady Eboshi et un fier clan d’humains aux divinités animales de la forêt dirigées par la brave princesse Mononoké, une jeune femme élevée par les loups! Vous serez fasciné par cette bataille monumentale entre l’homme et la nature grâce à une réalisation remarquable alliée à un récit épique dans ce film captivant et unique!

Ce film des Studios Ghibli ne s’adresse pas aux tout-petits

Royaume des chats2

Vendredi le 17 novembre 15h30 et dimanche le 19 novembre 13h  Centre culturel Pauline-Julien

LE ROYAUME DES CHATS

Réal.: Hiroyuki Moritai. 2002. 75 min.

Haru est une jeune lycéenne pleine de doutes qui ne trouve pas sa place au milieu des autres. Sa vie bascule le jour où, sur le chemin du retour du lycée, elle sauve la vie d’un chat qui manque d’être écrasé par un camion. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel chat, celui-ci parle et se présente comme Loon, le prince du Royaume des chats. Les chats ont désormais une dette envers Haru. Dès le lendemain ils la comblent de cadeaux et le roi des rois chats en personne l’invite dans son Royaume, où elle devra épouser le Prince Loon…

1977: Actor John Travolta in the film 'Saturday Night Fever'.  (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

Samedi le 18 novembre 22h Collège Laflèche

SATURDAY NIGHT FEVER / LA FIEVRE DU SAMEDI SOIR – 40eANNIVERSAIRE  

Réal.: John Badham. États-Unis 1977. 118 min. Int.: John Travolta, Karen Lynn Gorney, Barry Miller.  

Rarement cinéma et musique ont-ils été autant en phase. Célébrez en grand les quarante ans de la fièvre

disco ! La semaine, le jeune Tony Manero trime dans un boulot sans intérêt. Mais le samedi soir, il se transforme en roi de la piste de danse. Saturday Night Fever a popularisé le disco jusque dans la stratosphère. Impossible d’oublier le Manhattan trash, les chansons des Bee Gees, les chorégraphies et les pantalons blancs de John Travolta. Toute une époque!  Œuvre culte de toute une génération, ce film entraîne le spectateur dans le Brooklyn des années 70's, avec sa boîte disco et ses paillettes... « Alors on danse ? »

En nomination pour l’Oscar du meilleur film en 1978

Sens de la fête

Jeudi le 16 novembre 19h30 Salle Léo-Cloutier
FILM D'OUVERTURE

LE SENS DE LA FÊTE

Réal. : Éric Toledano, Olivier Nakache. France 2017. 117 min. Int. : Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines… Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17e siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d'habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l'orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie...  « Franchement bien fichue, cette comédie de Éric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables), a tout pour plaire.  Merci pour ce film drôle, émouvant, tonique, vivant et même poétique. Vous nous avez fait passer un excellent moment, revenez-nous vite ! On a besoin de vous. » -Allociné

« Une succession de sketches menés à cent à l'heure. Mais c'est aussi une histoire de solidarité, qui déborde de tendresse et d'humanité.» -Le Parisien

SICARIO

Day 01

Vendredi le 17 novembre 13h Salle Léo-Cloutier

SICARIO

Réal.: Denis Villeneuve. États-Unis 2015. 122 min. Int.: Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin.

La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique, l'équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre. « Un thriller impressionnant et percutant. Réinvente le thriller mental avec maestria. »  - aVoir-aLire.com

En nomination pour trois Oscars 2016, dont celui de la meilleure photographie.  

 

Silence2

Samedi le 18 novembre 13h Centre d'art des Récollets - St. James

Ciné-discussion avec Gilles Leblanc

SILENCE 

Réal.: Martin Scorsese. États-Unis 162 min. 2017. Int.: Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson.    

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

-allocine.fr

En nomination pour l’Oscar 2017 de la meilleure photographie.

tadoussac

Dimanche le 19 novembre 16h Salle Léo-Cloutier
FILM DE FERMETURE

Ciné-rencontre avec Martin Laroche et Isabelle Blais

TADOUSSAC

Réal. : Martin Laroche. Québec 20917.  90 min. Int. : Isabelle Blais, Camille Mongeau

Chloé, 18 ans, s’enfuit de son appartement de Montréal. En plein hiver, elle fait du pouce jusqu’à Tadoussac, petit village touristique du Québec. En échange d’une chambre, elle travaille à l’auberge de jeunesse de l'endroit, comme beaucoup d'autres jeunes voyageurs. Mais Chloé cherche aussi secrètement à rencontrer quelqu’un.
« Ce n’est pas du tout un film policier, mais j’ai voulu faire quelque chose de policier en termes de dévoilement des indices pour arriver à la fin sur les réponses à toutes les questions que l’on se pose depuis le début. »  -Martin Laroche, le réalisateur
« Camille Mongeau, qui campe une Chloé chancelante, mais déterminée à parvenir au terme de sa quête, a d’ailleurs reçu un prix d’interprétation au Festival international du film francophone de Namur pour son jeu empreint de subtilité où le silence prend autant de place que la parole. La Myriam d’Isabelle Blais qui lui donne la réplique est tout aussi crédible : on comprend qu’elle cache autre chose derrière la fille de party qu’elle laisse voir aux autres.» - Émilie Parent-Bouchard Le Devoir
Sélection dans les festivals : Namur (Belgique), Cinémania (Montréal) et Rouyn-Norand

Square2

Vendredi le 17 novembre 22h Salle Léo-Cloutier

Ciné-discussion avec Christian Bouchard

THE SQUARE

Réal.: Ruben Östlund .Int.: Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West. 2017. 151 min.

Grincements de dents et rires jaunes pour cette redoutable et venimeuse satire qui dénonce élitisme, arrogance et vanité en tout genre. Tournant en ridicule les concepts artistiques foireux avec un humour décapant, la Palme d’or du dernier festival de Cannes se définit comme une comédie féroce et ambitieuse mettant l’accent sur les faiblesses de la nature humaine et des comportements odieux. Maître de la satire sociale, Östlund concocte, cette fois, un récit parsemé de stupéfiantes surprises où il fait imploser les notions d’altruisme et de bienséance. FNC

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle. allocine.fr

Gagnant de la Palme d’Or au Festival de Cannes en 2017

VénérableW2

Samedi le 18 novembre 21h15 Salle Léo-Cloutier

LE VÉNÉRABLE W    

Réal. : Barbet Schroeder. France 2017. 100 min. Int. : Barbet Schroeder, Bulle Ogier.

En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l'islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent. Ce moine, le réalisateur a réussi à le rencontrer et, de cette rencontre, est né un film qui fait froid dans le dos tout en ayant le mérite de renverser des jugements bourrés d’a priori, remarquable et particulièrement passionnant.

Espérons qu'il sensibilisera l'opinion publique et oblige la communauté internationale de trouver une solution pacifique.

Voleur de bicyclette

Samedi le 18 novembre 17h45 Collège Laflèche

LE VOLEUR DE BICYCLETTE

Réal.: Vittorio De Sica. Italie 1948. 89 min. Int.: Lamberto Maggiorani, Enzo Staiola.  

L'histoire d'un père de famille pauvre de l'immédiat après-guerre qui se fait voler l'outil de son nouveau travail. Étendard du néoréalisme, le film de De Sica est aussi un bijou d’émotion. Une œuvre à hauteur d’homme (et d’enfant) qui bouleversa le monde et décrocha l’Oscar du Meilleur Film en langue étrangère.

Une œuvre puissante, un des plus beaux films du monde, et qui a marqué des générations entières de cinéphiles.

 « Un chef-d’œuvre indémodable du néo-réalisme italien. Implacable » -À voir à lire

Pour le 50e anniversaire du Ciné-Campus de Trois-Rivières